Les ƒditions Žlectroniques Richard ANDRƒ

Un regard libre sur le monde contemporain

 

 

 

                Les ƒditions Žlectroniques Richard AndrŽ mettent ˆ disposition des lecteurs une sŽrie d'ouvrages de l'auteur, dans le pur style artisanal et de gratuitŽ du Web ; ainsi que d'auteurs amis. Le dŽnominateur de ces Žcrits est l'esprit scientifique expŽrimental, la recherche de comprŽhension des grandes questions qui inaugure la nouvelle Civilisation, le soucis d'une pensŽe libre de toute Žcole mais qui n'en exclut aucune, mettant l'accent sur la synthse de ce qui les unit. Il n'y a pas d'engagement vŽritable possible dans un service fraternel, sans une comprŽhension libre du pourquoi des Žvnements.

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

IntŽrt du livre Žlectronique.

 

RŽflexions prospectives sur le livre Žlectronique.

 

 

Contact

 

Le livre Žlectronique au service

de l'Art des IdŽes.

 

 

 

 

 

LE LIVRE ƒLECTRONIQUE...

 

 

Que sont ces livres Žlectroniques ?

Les livres Žlectroniques (ou eBooks ou livres numŽriques ou perso-livres...) sont des versions virtuelles et imprimables semblables aux livres-papier. Au contraire des sites HTML sur le Web dont la lecture n'est pas linŽaire comme un livre (mme si on le picore en sautant les pages au grŽ de la fantaisie), mais ˆ accs multiples.

GRATUITS, ou parfois vendus en ligne sur des sites commerciaux ou ceux des auteurs, ˆ c™tŽ ou non de leurs doubles imprimŽs, ces livres Žlectroniques vont certainement changer, dans les temps ˆ venir, la capacitŽ d'expression de trs nombreux crŽateurs et rendre les lecteurs plus participatifs. Ils peuvent avoir leur propre carrire !...Comme les livre de poche ont leur propre vie, en parallle avec les versions reliŽes et de luxe. Ces mondes se c™toient, se croisent mais ne se tŽlescopent pas. Les livres Žlectroniques correspondent ˆ des besoins et des habitudes diffŽrents.

Un livre est le dŽroulement d'une pensŽe, que l'on peut suivre sans les "disruptures", pour utiliser un nŽologisme dŽrivŽ du vocabulaire Žlectrique, crŽŽes par les habitudes modernes de surfer sur les pensŽes et de glisser d'association d'idŽe en association d'idŽe. C'est-ˆ-dire que l'Žnergie mentale-Žlectrique peut s'accumuler pour rŽflŽchir sur les sens des idŽes. Il a donc une place ˆ part entire, ˆ c™tŽ des pages mises en ligne par les internautes.

Le format qui semble actuellement s'imposer est le format PDF[1], lisible sur tous les ordinateurs avec un logiciel gratuit, comme les navigateurs. Le format TEXTE, trs proche, semble cependant moins attractif, moins professionnel...? Mais n'est-ce pas une simple question de psychologie ?

       Le livre Žlectronique n'est qu'un moyen, modeste, mais un moyen rŽvolutionnaire si on rŽflŽchit ˆ ce qu'il peut permettre dans l'avenir.

 

...POUR DES LECTEURS SATISFAITS...

 

Le plaisir du lecteur.

Si le plaisir du papier n'est pas directement satisfait par le livre Žlectronique, il y a d'autres avantages.

L'invention de Gutemberg ˆ permis la diffusion des idŽes au rythme des moyens de dŽplacement ; le livre Žlectronique, ˆ la vitesse de la lumire, instantanŽment sur toute la plante ! Cela est tellement Žvident que nous n'y faisons mme plus attention.

La lecture pour les personnes dont la vue commence ˆ baisser est rendue trs confortable pour peu que l'on agrandisse le texte ˆ la largeur de l'Žcran ou que l'on modifie la taille des caractres. L'expŽrience montre que beaucoup n'en ont encore pas acquis le rŽflexe! Lorsque l'on possde un Žcran de grande taille, alors le plaisir est incomparable.

 

 

 

Pour ceux qui aiment faire des annotations, le fameux copier-coller ou encore mieux le glisser-dŽposer permet ensuite d'organiser ses notes, de rŽaliser un florilge de citations, ou mme d'Žditer une analyse originale.

Une recherche par mot-clŽ, mme si elle est prŽvue dans certains ouvrages, est d'une grande efficacitŽ et rapiditŽ avec les moteurs de recherche intŽgrŽs ˆ Acrobat Reader ou autres logiciels de texte.

Et puis, si on veut du papier, il y a toujours la possibilitŽ d'imprimer soi-mme, et de faire relier dans une officine de photocopies...

       Autrefois, au coin du feu, on avait l'habitude de lire en famille ˆ haute voix. Ceux qui en font l'expŽrience rŽgulire savent le plaisir que cela procure. Il y a mme des clubs de lecture. Avec les moyens modernes de lecture informatique, le livre Žlectronique trouve la parole ! Faites-en l'expŽrience[2].

 

DŽmo >

 

Le livre Žlectronique, une fois sur Internet, y demeure...

...Si l'on y prte un minimum d'attention. Alors que les livres des libraires – gestion de stocks oblige – disparaissent souvent avant qu'on ait pu se dŽcider. Ë moins d'acheter systŽmatiquement tout ce qui passe sous nos yeux et nous fait envie !... Et les catalogues des Žditeurs suivent les mmes contraintes Žconomiques, dans un dŽlai ˆ peine plus long. Quant ˆ aller ˆ la Bibliothque Nationale : qui a le temps de s'y rendre ?

 

Le livre Žlectronique prend trs peu de place. Une fois tŽlŽchargŽ, un livre de 300 pages, illustrŽ, va prendre moins de 4 Mo sur un disque dur, ou un DVD, par exemple. Qui a la place et l'argent pour possŽder une bibliothque moyenne de 3000 ouvrages, reprŽsentant plus d'une dizaine de mtres de rayonnages, et un investissement de quelque 30 000 Û ?...!

Bien des lecteurs ont sans doute dŽjˆ constituŽ leur bibliothque Žlectronique privŽe.

 

...ET DES ARTISTES HEUREUX

 

Le plaisir de l'artisan Žcrivain,

qui prend son temps, peaufine, et ne pense plus au monde oppressŽ par la finance et l'Žconomie dŽsaxŽes, peut sŽduire bien des Žcrivains. N'oublions pas que pour beaucoup, l'Ždition traditionnelle ne sera pas ˆ la hauteur de leurs espoirs et que les tirages resteront limitŽs, voire confidentiels. Avec Internet, si l'on s'en donne la peine, on peut toucher dans certains cas bien plus de monde. Mais surtout BIEN PLUS LONGTEMPS !...Si le livre papier vient en plus, alors tant mieux !

Le dŽbutant peut tre rebutŽ par la complexitŽ, ou plut™t la difficultŽ de trouver une explication ˆ la fois synthŽtique et suffisamment dŽtaillŽe pour ma”triser les outils informatiques. Mais l'aventureux, le chercheur que rien ne rebute, trouvera du plaisir ˆ venir ˆ bout de cette "bte" rŽbarbative !

 

La gratuitŽ ne s'oppose pas ˆ la rŽmunŽration...

Ces livres Žlectroniques gratuits peuvent au contraire se renvoyer la balle aux ouvrages sur support papier. Des auteurs inconnus peuvent tre remarquŽs par des Žditeurs. Et d'autre part, des auteurs qui ont dŽjˆ un Žditeur confirment que la mise ˆ disposition d'une version Žlectronique gratuite peut relancer les ventes aprs six mois de parution – durŽe habituelle de vie dans l'Ždition de nos jours.

Cependant, la gratuitŽ du Web est une tradition originelle. Beaucoup de lecteurs ayant peu de moyens : les retraitŽs, les Žtudiants, les ch™meurs en particulier, sont bien heureux de pouvoir profiter de la Connaissance dans tous les domaines du Savoir, ou simplement d'un moment de dŽtente, gr‰ce ˆ ce support.

 

 

L'AVENIR DU LIVRE ƒLECTRONIQUE

PEUT-IL DƒCOULER DE QUELQUES ƒVIDENCES ?...

 

 

La toile d'araignŽe mondiale est entrŽe vŽritablement dans les foyers depuis ˆ peine une dizaine d'annŽes, ne l'oublions pas. Quelques secondes ˆ l'aulne de l'Histoire !... Aussi, l'avenir de ce moyen de communication - le livre Žlectronique – est-il encore difficile, sinon impossible, ˆ percevoir. Dans tout ce qui se dit, il faut distinguer entre ce qui est purement conjoncturel, souvent ˆ juste titre, et ce qui pourrait correspondre ˆ l'Avenir de la PensŽe et de la Communication des peuples dans la Civilisation ˆ venir.

Le livre imprimŽ vient de couvrir cinq sicles et demi d'histoire, participant ˆ de grands courants de vulgarisation scientifiques et dŽmocratiques en particulier. Quel sera l'apport pour les cinq sicles ˆ venir du livre Žlectronique ? Et au-delˆ, quel support de la pensŽe y aura-t-il ? La ma”trise de la tŽlŽpathie sera-t-il le pas suivant ?... Personne ne peut le dire. Mais cette envolŽe imaginative fait saisir que l'apparente banalisation du livre Žlectronique, dans ce monde qui ne s'Žtonne plus de rien, est certainement erronŽe !

 

Les avancŽes techniques ne sont pas tout.

Le plus Žpoustouflant dans ce domaine, comme dans bien d'autres, est l'avancŽe de la Science. Au point d'oublier qu'hier encore nous avions une plžme et un encrier, une gomme et un crayon, et une machine Japy (ou Underwood) ˆ ruban de soie...! C'Žtaient les annŽes 1950-1985...

Les ordinateurs portables sont de plus en plus lŽgers et performants. Les logiciels opensource, GRATUITS se dŽveloppent, ˆ c™tŽ des logiciels payants.

Comme l'impression domestique sur support papier se rŽalise maintenant ˆ partir des appareils photo magnŽtiques, on peut penser qu'un jour on pourra imprimer et relier en un tour de main les livres Žlectroniques que l'on souhaitera avoir sur papier... ou que l'apparence informatique des livres sera identique aux livres papiers, comme ces "papiers Žlectroniques ˆ puce", ayant l'apparence d'une page de livre, et contenant des ouvrages ˆ l'infini. Des essais vont dŽjˆ dans ce sens. Alors, qu'en sera-t-il dans plusieurs dŽcennies?... De "vrais livres Žlectroniques" aux dimensions sonores, animŽes, en holographie, etc... verront sans doute le jour. Et quoi d'autre encore ?...

 

       Mais le livre Žlectronique ne doit pas perdre son ‰me : regorger de technologie au dŽtriment d'un moment de calme rŽflexion, ˆ un rythme lent, ponctuŽ par la respiration du souffle, de la mŽditation... et des neurones. En contrepoint d'un monde moderne qui s'accŽlre.

 

Le livre Žlectronique ne gardera-t-il pas avant tout sa simplicitŽ, comme le livre papier reste discret au profit des idŽes?

 

 

L'avenir commerciales sous la contrainte de la nouvelle conscience Žcologique.

       Les sociŽtŽs commerciales se sont prŽcipitŽes sur ce nouveau crŽneau en pensant qu'il pouvait tre "juteux". Elles semblent en tre revenus. Pour le moment. Reviendront-elles ˆ la charge ? De mme que les journaux se remettent fondamentalement en cause actuellement...

Une des critiques souvent lue est la prŽfŽrence pour le papier ! Mais comment psera sur l'Opinion publique la nouvelle conscience Žcologique de respect des arbres, par exemple, parmi une multitude de facteurs d'Žvolution des mÏurs ?

Pourtant, livre papier et livre Žlectronique, livre payant et livre gratuit ne s'opposent pas, mais sont parallles.

 

Le livre Žlectronique ne grignotera-t-il pas, commune une petite souris, le papier?

 

 

L'Žtat actuel finira un jour...

       Nous vivons une pŽriode de veillŽe de la Civilisation nouvelle, caractŽrisŽe par cette conflagration mondiale, Žconomique, idŽologique, o se heurtent les points de vue divergents dont la "polŽmique" est l'Žtendard ; o une fluiditŽ quasi instable des idŽes dŽbouche sur une cacophonie assourdissante dans toutes les rŽunions, rencontres, et mme dans la recherche de son silence intŽrieur.

Cela conduit ˆ un rejet des pensŽes obsoltes et des prŽoccupations anciennes, douloureux pour beaucoup. Personnes ne sait bien o il en est, dans ce monde qu'il ne reconna”t plus. Et cela entra”ne aussi le rejet de l'autre... Une recrudescence des intŽgrismes : religieux, politiques, administratifs autorisent de moins en moins le citoyen ˆ vivre librement, sous le couvert de grands principes : prŽcaution, bonnes pratiques, sŽcuritŽ, etc... qui, poussŽs au-delˆ du raisonnable, ne profitent plus qu'aux marchands et aux dictateurs dŽguisŽs... Ce phŽnomne de notre civilisation mourante exacerbe le besoin de libertŽ et les rŽactions de rŽsistance des hommes.

 

       Mais la consŽquence positive est l'ŽlŽvation des intŽrts qui pousse ˆ une crŽativitŽ artistique nouvelle, encore dans l'enfance sans doute.

       Ce processus de transition s'est pŽriodiquement rencontrŽ au cours de l'Histoire. Ë la Renaissance, par exemple. Il s'agissait plut™t alors d'un changement de Culture que vraiment de Civilisation.

       Dans le monde plein de rumeurs que nous connaissons actuellement, o la 3e guerre mondiale – Žconomique – qui ne dit pas son nom mais fait rage, o bien des gens s'interrogent sans trouver de "sens" profond ˆ leur existence - croient-ils -, o l'anxiŽtŽ est partout prŽsente, o la peur est le fonds de commerce des tout ce qui s'appuie sur l'argent mal compris, mal utilisŽ, ne peut-on raisonnablement penser que cet Žtat de choses aura une fin ? Et pourquoi pas une fin HEUREUSE !

 

L'exception culturelle, innovation franaise, pourrait bien dans l'avenir venir sur le devant de la scne (parce que c'est l'homme est en son cÏur) et prendre le pas sur les conflits entre les individus, naissant des incomprŽhensions, et participer ˆ la rŽconciliation. Comme il en est dŽjˆ dans la communautŽ scientifique.

 

 

Des aspirations accrues.

Peut-on discerner quelques ASPIRATIONS DE LA CIVILISATION NAISSANTE?

Une fois terminŽe cette fameuse 3e guerre mondiale invisible, par la rŽconciliation du physique et du mŽtaphysique ou du matŽriel et du spirituel, de l'Žconomie et de l'humanisme, ...par la Paix, que restera-t-il ?

       Sans doute une plus large mesure pour une aspiration ˆ la Connaissance. Une aspiration ˆ la LibertŽ. Une aspiration pour l'Art. Une aspiration ˆ l'expression de soi. Une aspiration ˆ la connaissance de soi... conduisant tout droit ˆ la mŽtaphysique. Une aspiration pour des Žchanges crŽatifs et fraternels. Une bonne volontŽ de tendre vers le Bien, le Beau, le Vrai, pour reprendre les principes philosophiques fondamentaux... Est-ce si utopique que cela ? Ces aspirations existent depuis bien longtemps, mais des dimensions et des colorations nouvelles les marqueront certainement, comme il en fut ˆ chaque tournant de l'Histoire.

 

Le livre Žlectronique, par sa simplicitŽ et sa souplesse, ne sera-t-il pas un vecteur non nŽgligeable pour rŽpondre ˆ ces aspirations?...

 

¥ Une aspiration ˆ la Connaissance.

       Le vieux rve d'Alexandrie de rŽunir la totalitŽ du savoir n'est pas loin de se rŽaliser. Les bibliothques ont maintenant une section "ouvrages Žlectroniques", mettant sur support virtuel les fonds existants mais aussi recueillant ces nouveaux supports. Ë c™tŽ de Bibliothques nationales Žlectroniques gratuites, partageant le Savoir avec le Monde, quelle place peut avoir ce livre Žlectronique artisanal ?

Si des communautŽs dŽveloppent des bibliothques Žlectroniques thŽmatiques, les artisans faonnant leurs propres ouvrages les fournissent. Et ce dŽveloppement est dit-on exponentiel! Le support Žlectronique comme le papier y concourent.

 

       Quels grands courants de l'histoire le livre Žlectronique favorisera-t-il ? Avec la rŽalisation et la publication de L'encyclopŽdie, le monde ancien s'est libŽrŽ de la superstition entretenue par l'Žglise temporelle. Un des mirages dans lequel le monde contemporain est plongŽ est l'utilisation de la peur, ˆ des fins doctrinaires et commerciales. Cette peur s'insinue dans tous les domaines de la pensŽe et la pollue. Elle est ˆ la base d'une conception erronŽe de la publicitŽ, de la politique, de l'Žconomie, et mme de l'information, qui par essence devrait justement permettre aux citoyens de penser librement!...

Comment se rŽalisera cette Žmancipation de la Conscience ? Qui peut le dire aujourd'hui ? Mais elle arrivera obligatoirement, sous peine de stagnation de la Civilisation.

Et d'autres domaine seront libŽrŽs du joug de l'obscurantisme. L'Žconomiisme, la financiarisme3 , les sectes, l'intŽgrisme... etc. pour ne parler que de ce qui est visible aujourd'hui. On comprend qu'il y aura beaucoup ˆ faire. Et la Connaissance est le meilleur moyen de se libŽrer, cela ne fait aucun doute.

 

Quels autres domaines de la Connaissance le livre Žlectronique pourra-t-il explorer et satisfaire plus amplement?...

 

 

¥ Une aspiration ˆ la LibertŽ et ˆ la ma”trise des ŽlŽments.

       Le monde libŽrŽ par la science, par les guerres, s'organise peu ˆ peu, ou rapidement selon le point de vue considŽrŽ. Les gens s'expriment et veulent de plus en plus le faire. Il leur reste ˆ le faire avec un degrŽ de libertŽ croissant. Mais pour cela, le chaos de l'information doit s'organiser. C'est un des dŽfis de la Nouvelle Civilisation.

La parole ne peut tre donnŽe ˆ tous sur les ondes, en particulier. En revanche, dans le monde virtuel, il semble qu'il n'y ait gure de limites. Une police sur Internet existe bien, mais elle concerne surtout la dŽlinquance. Des contraintes sont votŽes... mais aussit™t contournŽes ! Sans prendre parti sur le plan de la morale, notons simplement cette tendance ˆ s'affranchir des interdits - pour le moment, il s'agit de ceux concernant l'Žconomie -. Mais aussi progressivement ˆ forger une nouvelle conscience du net.

 

Attention !... Vous avez dit attention ?

Dans le domaine du livre Žlectronique, s'il y a libertŽ de crŽer, en revanche il faut trouver les moyens d'tre peru, reconnu puis d'tre acceptŽ dans une sphre, de l'agrandir, jusqu'ˆ devenir un espace stabilisŽ facilement repŽrable. Des sites marchands y parviennent rapidement. Des sites gratuits Žgalement. Dans chaque domaine de l'art, des sciences, des religions, de la politique,... il existe des cas de rŽussite ponctuels. Mais dans le domaine du livre numŽrique, les tentatives privŽes sont encore au dŽbut. Quelques liens sont donnŽs par ailleurs. Les annuaires des sites fournisseurs d'accs au Web sont encore trop parcellaires et axŽs sur l'actualitŽ au dŽtriment d'une Culture de fond. Les tentatives des moteurs de recherche, des encyclopŽdies, tout en Žtant trs pratiques, ont de nombreuses contraintes.

La Bibliothque Nationale est un bon exemple, bien qu'ˆ ses dŽbuts, de l'accessibilitŽ aux livres. Mais le domaine privŽ a encore beaucoup ˆ faire. Il reste encore confinŽ dans ses 2 dimensions. Des musŽes font des expŽriences intŽressantes de salles virtuelles o les tableaux sont exposŽs et o l'on peut dŽambuler.

Peut-on imaginer un jour se promener virtuellement en 3 dimensions sur le Web entre des tables o des livres exposeraient leurs couvertures attrayantes, rencontrer les auteurs dans des espaces rŽservŽs, aller saisir d'une main impalpable les ouvrages dans des rayonnages tissŽs d'Žlectrons, ou mme inviter chez soi des bibliothques holographiques entires, comme le cinŽma de science fiction le montre dŽjˆ ?...

Mais cette crŽativitŽ est sans doute encore trs rudimentaire et trop marquŽe par les modes de pensŽe du passŽ. La rŽvolution d'Internet montre qu'il y aura certainement encore bien des ruptures totales dans le futur.

 

Il reste donc au livre Žlectronique, ˆ trouver comment tre pour tre lisible ?...

 

 

Une protection inadaptŽe des droits d'auteur(c).

Paradoxalement, l'auteur veut tre libre mais protŽgŽ !... Or s'ouvrir aux autres nŽcessite une prise de risque, ou plut™t un abandon d'une fausse notion de nous-mme.

Les crŽateurs ont besoin des autres pour vraiment exister. Sous peine de s'enfermer dans un monde illusoire dont ils deviennent les dupes.Aussi, "l‰chent-ils" un bout de leurs crŽations tout en mettant des garde-fous comme : les enregistrements officiels, les doits de reproduction, les procs pour plagiats, et les interdits variŽs.

Les contraintes existant actuellement pour citer un autre auteur, reproduire un ŽlŽment de ce qu'il a "rŽvŽlŽ" au monde sont encore un frein trop important. Ne nous rŽfŽrons pas ˆ ceux qui se contentent d'un copiŽ-collŽ sans participation personnelle, quoique la collecte d'ŽlŽments dispersŽs est en soi un travail. Regardons par exemple les anthologies d'auteurs, de potes... Mais la tendance de l'esprit de lucre venu d'outre-atlantique, des juristes-procŽduriers-opportunistes jouant du copyright pour un profit parfois illicite bien que lŽgal, nuit gravement ˆ la Culture !

 

Et tout cela ne ralentit-ils pas la circulation des idŽes ˆ une Žpoque o l'information traverse la plante ˆ la vitesse de la lumire ?

Les idŽes n'appartiennent ˆ personnes ; donc tout le monde peut en jouer. C'est le bien commun de l'HumanitŽ. L'expression originale en est cependant "protŽgŽe" par la Loi. Et c'est la porte ouverte ˆ tous les abus, dans un sens comme dans l'autre.

Mais les artistes savent bien par expŽrience que lorsqu'ils ont crŽŽ une Ïuvre, quel que soit le domaine, quelqu'un, ˆ l'autre bout du monde a eu en mme temps la mme idŽe, la mme vision. O est "l'originalitŽ" ? Alors, la Loi est-elle vraiment adaptŽe ?

Le sujet est trop vaste pour que nous le traitions en ces lignes. Mais simplement, rŽflŽchissons ˆ ce que pourra tre l'avenir...

La reconnaissance intellectuelle devra sans doute Žvoluer vers plus de grandeur, de noblesse, de souplesse et de transparence...... PERMETTANT UN MEILLEUR ƒCHANGE ENTRE AUTEURS, MAIS SURTOUT ENTRE IDƒES.

 

 

S'affranchir du sens illusoire de "paternitŽ" d'une Ïuvre.

Ë la base, il y a une fausse notion psychologique. Un Žcrivain-crŽateur a presque toujours un rŽflexe de paternitŽ ou de maternitŽ. Comme ces parents qui s'imaginent, parfois toute une vie, que leur progŽniture leur appartient. Ce que cette progŽniture, par ailleurs, s'empressent de les dŽtromper bien vite!...

La reconnaissance bienveillante ˆ celui qui a fait un effort vers l'autre, pour l'autre, en partageant son savoir, son art, son inspiration, ne sera-t-elle pas une valeur qui pourra se substituer ˆ la rŽmunŽration d'une Ïuvre dont il ne sera JAMAIS propriŽtaire, sinon aux canons de la loi. La courtoisie qui consiste ˆ citer ses sources ne sera-t-elle pas facilitŽe lorsque les obstacles sans fin : pour trouver les "propriŽtaires" d'une Ïuvre, se justifier, se protŽger lŽgalement, etc... seront aplanis?

 

Le livre Žlectronique, en perdant sa substance matŽrielle aidera-t-il l'artiste, ˆ se dŽpouiller de ses illusions ?...

 

 

¥ Une aspiration pour l'Art.

Certains philosophes pensent que la Civilisation ˆ venir sera caractŽrisŽe par l'Art de l'expression des IdŽes, comme l're chrŽtienne fut marquŽe par la magnification de la BeautŽ de la Nature et du Corps. Les musŽes tŽmoignent amplement de cela.

Pour exprimer les idŽes, il y eut dans l'AntiquitŽ l'Art Oratoires des Grecs, pour parfaire la ma”trise du verbe. Et l'Art thŽ‰tral, pour communiquer et Žduquer le peuple. Le livre, avec sa nouvelle dimension Žlectronique aux possibilitŽs encore incalculables, ne sera-t-il pas le vecteur idŽal, ou un des vecteurs, de la crŽation artistique, de la diffusion des idŽes et des Žchanges entre les individus ? Ce tournant, amorcŽ gr‰ce ˆ l'invention de Gutenberg, au profit de privilŽgiŽs, ne fait que s'amplifier comme une lame de fond infinie!

 

Le livre Žlectronique, dans sa simplicitŽ, sera-t-il un bon serviteur de l'Art des IdŽes?...

 

 

¥ Une aspiration ˆ l'expression de soi.

       Le besoin de s'exprimer pleinement, non avec une pensŽe bouillonnante, parfois vindicative, intolŽrante ou brouillonne, mais comme une expression artistique majeure, dŽcoule des progrs de l'instruction, des Sciences et de sa vulgarisation inspirŽe de la philosophie des EncyclopŽdistes. Les peuples, en se libŽrant des contraintes vitales gr‰ce aux techniques, et en libŽrant du temps gr‰ce aux progrs sociaux, aspireront certainement de plus en plus ˆ s'exprimer, ˆ crŽer, ˆ Žchanger. Le triste spectacle centrŽ sur l'Žconomiisme auquel nous assistons actuellement, ne sera certainement pas reprŽsentatif d'une Civilisation apaisŽe. S'affranchissant des valeurs morales collectives dŽsutes cette expression de soi pourra dŽboucher sur une conscience individuelle Žthique, au service du bien de tous.

Et cet Art de l'Žcrit, que de plus en plus de personnes possŽderont, pourra couler comme une source vive, dans l'univers virtuel.

 

Le livre Žlectronique, comme nous l'avons vu au dŽbut, est un des moyens le plus simple pour s'exprimer crŽativement.

 

 

¥ Une aspiration ˆ la connaissance de soi... conduisant tout droit ˆ la mŽtaphysique.

       A partir de l'expression libre de soi le chemin est amorcŽ vers la connaissance de soi. La science psychologique qui a rŽŽmergŽ au XXe sicle, depuis la pŽriode hellŽnistique, gr‰ce aux trois grandes Žcoles de psychologie matŽrielles Freudienne, Adlerienne et Jungienne, ainsi que des Žcoles apparentŽes, a dŽveloppŽ un gožt pour l'introspection. Si celle-ci n'est pas toujours en odeur de saintetŽ, ˆ cause d'un excs de psychologiisme (comme il en est de l'Žconomiisme)[3] cela ne vaut pas dire que la psychologie ne sera pas une Science essentielle de la Civilisation ˆ venir. N'oublions pas qu'elle ne dit pas toujours son nom, mais elle est ˆ la base de la publicitŽ, du management, des campagnes politiques, de l'enseignement bouddhiste contemporain, etc...

Pour le moment, les peuples en sont encore les victimes. Ë la tŽlŽvision il existe pratiquement pas ou peu d'Žmission dŽcodant le dessous psychologique des cartes !... Parfois, les "explications" sont mme utilisŽes pour mieux conditionner les masses, comme le font de tout temps les fakirs qui abusent de la crŽdulitŽ.

Ce monde foisonnant d'informations aura certainement ˆ ma”triser un autre dŽfi majeur : mieux se conna”tre pour ne pas tre la marionnette du jeu et devenir le tŽmoin objectif et scientifique de la pensŽe mondiale.

L'observation scientifique expŽrimentale des causes et des effets, ˆ la base de la Science psychologique, dŽbouchera sur une plus large reconnaissance de la responsabilitŽ de nos actes... et de leur dŽculpabilisation ! Pour le moment notre culture occidentale prŽfre parler de ce que nous lŽgueront aux gŽnŽrations futures... Mais la frontire est tŽnue avec la reconnaissance de la loi de cause ˆ effet ou du karma. Ce que Shakespeare illustre avec beaucoup d'humour et de verve dans "Beaucoup de bruit pour rien"...

Ces interrogations sur notre moi superficiel, subconscient, inconscient, puis notre Soi profond, conduisent tout droit ˆ la mŽtaphysique, dont Malraux a dit qu'elle serait la caractŽristique de la Civilisation du XXIe sicle.

Pour cette connaissance de soi, quel meilleur moyen, pour commencer, que de lire des textes ŽclairŽs ? Mme si ce n'est pas tout.

 

Des livres d'Žtude philosophique et psychologique commencent ˆ se vulgariser gr‰ce au livre Žlectronique[4].

 

 

¥ Une aspiration pour des Žchanges crŽatifs.

       La communautŽ scientifique est un bon exemple d'univers apaisŽ, fraternel, gratuit o se dŽveloppe le paradoxe du partage sans lien. Des penseurs libres Žvitent de se mettre sous tutelle psychologique de groupes idŽologiques et partagent leur savoir. Mme si rien n'est parfait. N'est-ce pas une aspiration de ce type qui gagnera peu ˆ peu toutes les couches sociales ? Les rŽponses ne se feront pas alors sous forme de "blogues" souvent rŽactionnels et indigestes, mais d'une pensŽe scientifiquement ŽtayŽe, artistiquement ŽlaborŽe.

Le livre Žlectronique est facile ˆ Žchanger.

 

 

¥ Une bonne volontŽ de tendre vers le Bien, le Beau, le Vrai.

       La seconde guerre mondiale a dŽveloppŽ un immense courant de bonne volontŽ de PAIX. "Plus jamais cela", fut le leith motiv qui a accompagnŽ la crŽation de l'Europe.

Cet esprit essaime maintenant vers le monde mŽditerranŽen, encore trop dŽchirŽ. Comme autrefois l'Esprit des Lumires ˆ dŽferlŽ sur le Monde. Dans cette Nouvelle Civilisation apaisŽe, les grands principes philosophiques Žternels de Bien, de Beau, de Vrai, pourront plus facilement refleurir. Il reste sans doute encore beaucoup ˆ faire dans tous les domaines. Mais lorsque les auteurs parviennent ˆ exprimer une vŽritable expŽrience, aussi minime soit-elle, selon les canons de la beautŽ, n'en rŽsulte-t-il pas du bien pour le lecteur et pour l'auteur ? Il n'est peut-tre pas inutile de rappeler cette Žvidence commune dans cette pŽriode en qute de Sens.

 

Le livre Žlectronique ne sera-t-il pas un modeste outil de tout cela?...

 

 

***

 

 

C

ette courte rŽflexion, un peu utopique, n'est peut-tre pas un rve....

Qui peut prŽdire comment la Civilisation basculera ?...

Qui peut dire comment l'Žchange d'hypothses, de dŽmonstrations, de thse... Sur un mode scientifique commun, pourra se dŽvelopper dans l'avenir ?...

Une CRƒATION ARTISTIQUE LIBRE, DIFFUSƒE SANS CONTRAINTE, S'HARMONISANT DANS DES ƒCHANGES CRƒATIFS sera certainement favorisŽe... gr‰ce ˆ ce moyen, et bien d'autres.

Le flux des idŽes est libŽrŽ — comme jamais — des carcans matŽriels, et rien ne pourra l'arrter... Il reste aux citoyens du futur la t‰che de se libŽrer des cristallisations doctrinaires et des courants d'opinions qui faonnent sans cesse le Monde.

 

 

 

 

 

Richard ANDRƒ

 

rich-andre@orange.fr

 

 

 

 

 Copyright : Ce texte peut tre librement citŽ et reproduit, sans autorisation prŽalable. Prire simplement de citer la source :

      Les ƒditions ƒlectroniques Richard ANDRƒ -  http://alivresraeditelect.site.voila.fr/ 

 

 

 

 

ACCUEILCATALOGUEƒDITOCOPYRIGHTLIENS WebmasterContact

 

 

 

 



[1] Accessible gratuitement dans la fonction "imprimer" (et non sauvegarder !) des logiciles de texte.

 

[2] Les voix en franais peuvent s'installer, grace ˆ Infovox iVox et s'utilisent trs facilement (http://www.assistiveware.com/index.php?lang=french )

 

[3] le nŽologisme "psychologiisme" ou psychologisme est cette tendance ˆ tout interprŽter en fonction de la psychologiques, et a occulter toutes autres explications . idem pour Žconomiisme, financiarisme...

[4] par exemple, Le bestseller de Yogananda qui offre une bonne approche de la mŽtaphysique pour le grand public, (gratuit, en anglais). (http://www.gutenberg.org/etext/7452 )